Orgue de Caumont

Aller au contenu
Le village de Caumont est implanté en Provence, il est bâti sur une petite éminence rocheuse de la rive droite de la Durance. Il doit son origine à un important gué sur la Durance,surveillé par un Oppidum Gaulois : BONPAS (Ou est implanté actuellement la CHARTREUSE de BONPAS).
Le site est encadré par deux collines calcaires , la colline de "PIECAUD" (appellée colline St Jacques) et la colline de PICABRIER, au sud par la Durance, s'ouvrant sur de larges
plaines ou est pratiqué la culture de la vigne etdes arbres fruitiers

PIECAUD: Nom  provenant  du Provençal qui signifie "Pied Chaud"
                         <<<<<<================================================================>>>>>
RAPPEL HISTORIQUE  
La première église paroissiale du village était la chapelle Saint Symphorien qui fût construite au milieu du XIIème siècle et qui succède à une église primitive signalée dans des manuscrits datant de 959. A cette époque, le village et les biens afférents (église, terres etc.) étaient en droit propriété des chanoines réguliers d’Autun.
 
Toujours est-il qu’au milieu du XIIème siècle ,celle que nous considérons comme la première église du village de Caumont, est érigée et est rattachée à l’Abbaye d’Autun .Ceci explique qu’elle fût dédiée à Saint Symphorien, martyrisé sous Marc Auréle à Autun vers l’an 180.Pour compléter le devenir de cette église on peut signaler que c’est vers la fin du XIVème siècle qu’elle cesse d’appartenir aux chanoines d’Autun pour devenir une dépendance de la chartreuse de Bonpas.
 <<<<<<================================================================>>>>>


                                                                                                 
Après 250 années de bons et loyaux services auprès des paroissiens ceux-ne peuvent plus se rendre sans danger à la chapelle St Symphorien. En effet celle-ci est à l’extérieur des remparts ( l’intérieur desquels sont regroupés les villageois) . en effet des agressions, des rançonnages sont perpétués envers les paroissiens se rendant aux offices, par des « bandits » appartenant aux grandes compagnies ou aux « routiers »(1) .Cela vers la fin du 14ème début 15ème .En 1414 une démarche est engagée par les paroissiens auprès de Odon de Villars(2) pour obtenir la possibilité de construire une nouvelle église en lieu sûr. Ils obtiennent un emplacement à l’extérieur du rempart Nord et au pied d’une tour fortifiée (la tour Agache) ,gage de protection. D’où son nom : L'Église de l'Agache . De cette église ne subsiste qu’un œil de bœuf et la porte (accès du clocher actuel)


(1)  Les compagnies de mercenaires recrutées du XIIe siècle au XIVe, privées d'employeurs pendant les périodes de paix, se regroupaient en bandes appelées grandes compagnies, et vivaient au détriment des populations. Ces mercenaires étaient alors désignés comme « routiers » car appartenant à une « route » (« troupe » en français de l'époque)--source WIKIPEDIA-
 
(2) Odon de Villars : (1354-1414), dit aussi Eudes de Villars, fils d'Agnès de Montagu et de Jean de Villars, damoiseau des comtes de Savoie, chevalier de l’ordre du Camail, seigneur du Montellier, de Montribloud, de Saint-Sorlin et du Thor, comte de Genève, Capitaine général du pape Clément VII, recteur du Comtat Venaissin et gouverneur de Nice.

La chapelle des Pénitents Blancs : Appelée ainsi du fait qu’elle fut confiée en 1788 à cette confrérie restée très active à Caumont jusqu’en 1905 (troisième Église paroissiale).
 
La population étant devenue plus importante , l’Église de l’Agache s’avéra trop petite. Dès le début du 16éme siècle on entreprit la construction d’un nouveau sanctuaire. Cette église érigée au début du XVIème fut consacrée en 1527.Aujourd’hui elle apparaît coincée entre l’église actuelle et le presbytère. Elle est construite dans un style ogival dépouillé en forme de croix latine a nef unique et à chapelles latérales sur un seul côté. Le mur nord n’est autre que les remparts , le bras nord du transept est la tour »Agache »et le bras nord est la chapelle privée de la famille Pérussi (coseigneur de Caumont de 1483 à 1622)  
 <<<<<<================================================================>>>>>
L'église paroissiale Actuelle Saint Symphorien (quatriéme église)
C’est au cours de l’année 1774 que fut prise la décision d’une nouvelle église paroissiale. Depuis des année Mgr des Achards de la Baume, évêque de Cavaillon réclamait la construction d’une nouvelle église compte tenu des risques liés à l’accès difficile et du nombre grandissant de paroissien. Ses sollicitations étant restées vaines et lors d’une visite épiscopale le 23 Août 1774 il fait un rapport envoyé aux autorités de la commune.LA réaction est immédiate et trois jours plus tard le 26 Août , la communauté de Caumont et son parlement se réunissent pour trouver une solution.LA communauté fait appel Jean-François Franque, architecte de renom à Avignon pour examiner le problème et réaliser les plans. Quelques mois plus tard en Mars 1775, il les présente et après de longues discussions entre la communauté de Caumont, les Chartreux, La Marquis de Caumont et les consuls locaux , les plans sont définitivement adoptés définitivement en 1777.Les travaux dureront un peu plus de 10 ans , la réception du Gros Œuvre aura lieu en 1788.

<<<<<<================================================================>>>>>


plan de l'eglise
                                       Entrée Principale                                
Retourner au contenu